Lettre D'une Maghrébine Des Années 80 À Sa Génération Et Aux Autres, Par She Ouarem

Pour moi le beur ou la fille arabe est un ou une enfant d'immigré laquelle l'esprit est perverti et c'est une manifestation d'une forme de dégénérescence de l'esprit. ça vient juste du verlan d'arabe. Ce jour c'est le terme "idéologiquement correct". Je n'ai d'ailleurs oncques compris ainsi le mot arabe est insultant pour certaines oreilles, il n'ya aucune raison qu'il le soit.

Cet imaginaire a laissé des traces. La fascination pour les « femme arabes » (j'imagine qu'on parle ici de la fascination des Gaulois « de souche » - et si on accepte le mot « maghrébine » alors il faut aussi accepter une expression), elle s'inscrit dans la légende de la colonisation et dans le fantasme sur une forme d'altérité. Il y a des choses que je pourrais faire avec une « femme arabe » que je ne pourrais pas faire avec une Alsacienne ou ressource une Armoricaine, parce qu'elles-mêmes sont moins sensuelles, plus coincées.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *